Rechercher un circuit
ou
A la découverte du patrimoine religieux de Tournai

A pied

3.00 km

4 h

A la découverte du patrimoine religieux de Tournai

Jeu de piste - circuit pédestre

Tournai est une des plus anciennes villes de Belgique. Elle a joué un rôle historique, économique, religieux et culturel important au sein du comté de Flandre et du royaume de France durant le Moyen Age.

Le Beffroi, le plus ancien de Belgique, et la cathédrale Notre-Dame sont inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO. La cathédrale, imposante construction romane et gothique, est célèbre pour ses cinq tours ainsi que pour son trésor.

Tournai est surnommée la ville aux cinq clochers et (4 sans cloche) 400 cloches faisant référence aux nombreuses églises et chapelles qui entouraient la cathédrale.

En suivant ce jeu de piste sur environ 2km600, vous allez découvrir les joyaux du patrimoine architectural et mobilier des principales églises de Tournai.

Voici un quiz constitué d'un questionnaire à choix multiple. Si vous répondez correctement à toutes les questions d'observation, et que vous reportez vos réponses dans le tableau final, vous obtiendrez le nom d'un des premiers évêques de Tournai, né aux environs de 456. Il fut sacré évêque de Tournai à l'âge de trente ans. Son nom signifie "Libre" en grec.

Bonne piste!

  1. La Cathédrale de Tournai

    Patrimoine mondial de l'UNESCO, la cathédrale de Tournai, avec ses cinq clochers, sa nef et son transept romans et son chœur gothique, est un joyau de l'architecture médiévale. Sa nef très ample se compose de 4 étages horizontaux sur 9 travées dont les colonnes surmontées de chapiteaux à décoration souvent végétale, et tous différents, forment un ensemble de plusieurs centaines de pièces unique en Belgique. Chef-d'œuvre Renaissance dû à Corneille de Vriendt, le jubé occupe le centre du transept. La partie sud du transept conserve une série de vitraux exceptionnels ("vitraux de privilèges"). Au centre du chœur gothique (58 m de long et 36 m de haut) domine l'autel de marbre provenant de l'abbaye Saint-Martin de Tournai. 

    Impossible de parler des vitraux de la Cathédrale Notre-Dame sans mentionner la catastrophe qu'a représentée pour elle l'explosion de la poudrière de la citadelle de Tournai, à l'occasion du siège de 1745. Tout l'ensemble des verrières a volé en éclat et nous a privés de trésors incomparables. Au-dessus de l'orgue, une grande rosace, réalisée en 1851 dans le style médiéval par l'artiste Jean-Baptiste Capronnier (1814-1891), représente le "Triomphe de Marie" On y distingue au centre la Vierge, un premier cercle est composé d'anges, le second des douze signes du zodiaque séparés par les symboles des saisons, enfin le cercle extérieur représente les prophètes.

    1 - Dans les symboles des saisons, le vitrail de l’hiver représente

                           D : un ours

                           E : un homme devant un foyer

                           F : un bonhomme de neige

    2 - La chaire de vérité du XVIIIe s. a été créée sur un plan de l'orfèvre tournaisien G. Lefebvre. La cuve, le dossier et l'abat-voix ont été réalisés par les frères Caulier et les statues par François Gilis. L'ensemble représente des symboles de la religion chrétienne : la cuve a la forme d'un calice et l'abat-voix qui semble être le "couvercle" du calice est composé de draperies. On remarquera aussi le diable serpent-dragon et trois statues évoquant les vertus théologales.

    L’allégorie représentée au centre est 

    J : la Foi

    K : l’Espérance

    L : la Charité


    3 - Une statue en bois polychrome représente une Vierge à l’Enfant. Jésus Sauveur du monde tient un globe terrestre. La Vierge lui présente 

            E : une grappe de raisin

            F : un hochet

            G : un mouchoir


  2. Eglise Saint-Quentin

    Cette église occupe une place centrale dans la ville, comme une église au milieu du village. Son origine est sans doute liée au vaste cimetière gallo-romain qui s'étendait sur le site de la Grand-Place et d'un quartier voisin. Sa nef remonte à la fin du XIIe siècle. Le transept et le chœur, voûtés d'ogives, appartiennent à la transition entre le roman et le gothique. La tour centrale date du XIII siècle et est décorée intérieurement d'un double triforium. Le chœur, fermé d'une clôture de marbre du XVII siècle, fut entouré d'un déambulatoire et de plusieurs chapelles financés en 1464 par Pasquier Grenier, le plus célèbre des tapissiers tournaisiens. Deux statues remarquables provenant de l’église Sainte-Madeleine composent le groupe dit de l'Annonciation, soit la Vierge et l'archange Gabriel. Elles furent réalisées en 1428 par le sculpteur tournaisien Jean Delemer.

    4 - Combien de petites colonnes pleines entourent le chœur en cernant le déambulatoire ? 

     S : 27

     T : 31

     U : 60


    5 - La stèle tombale du XVIIe s, de Jacques Joseph Presin et Dame Jeanne Beaulin nous apprend que cette dernière fut le modèle de l’amitié conjugale pendant 

    R : 44 ans

    S : 49 ans

    T : 58 ans


  3. Eglise Saint-Jacques

    L’église Saint-Jacques était une des étapes des pèlerins venant de Flandre et du Nord de l’Europe vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Son vaste avant-corps pourrait avoir été conçu pour abriter des pèlerins la nuit. La tour et la nef datent du XIIIe siècle. Le chœur est du siècle suivant.

    A l’intérieur, on remarquera les peintures murales représentant un concert d’anges, un exceptionnel aigle–lutrin en cuivre, une statue assise de Notre-Dame en bois polychrome, une statue de saint Jacques pèlerin. L’orgue est juché sur un buffet de 1755 de style rocaille Louis XV, orné de trophées d’instruments de musique.

    Cette église est classée patrimoine immobilier exceptionnel de Wallonie.


    Le maître-autel est orné d'un retable dont les volets évoquent des épisodes de la vie de saint Jacques le Majeur. C'est la pièce maîtresse du mobilier néogothique dont l'église a été pourvue à la fin du XIXe siècle par Jean-Baptiste Béthune.

    6 - La statue de saint Jacques, à l’aplomb du tabernacle, porte dans la main gauche

                    G : une coquille

                    H : un bateau

                    I : une colombe


    Les voûtes des chapelles latérales, peintes en 1405, restaurées au XIXe, figurent une symphonie d'anges musiciens dotés des instruments connus à l'époque : luth, harpe, gigue, cornemuse...

    7 - Combien d’anges musiciens décorent ces voûtes ? 

           D : 24

           E : 48

           F :72


    L’aigle-lutrin daté de 1411, une des rares pièces de mobilier ayant échappé à la fureur des iconoclastes qui ravagèrent l’église en 1566, témoigne du savoir-faire des fondeurs de laiton de Tournai.

    8 - Sur la queue de l’aigle, un petit animal a pour fonction de retenir le livre de lecture.

    Il s’agit de P : un lion

                     Q : un bœuf

                     R : un chien


  4. Eglise des Rédemptoristes

    Quai Notre-Dame

    L'église des pères Rédemptoristes, de style néo-roman est située le long de l’Escaut à côté de leur couvent. Les religieux sont partis en 2003.

    L'église fut édifiée en 1861 sous la conduite de l'architecte Justin Bruyenne. Suite à sa localisation, l’église des Rédemptoristes a reçu le surnom familier d’église des Pères au Quai.

    Le diocèse de Tournai a désaffecté l'église en 2003 et les religieux l’ont vendue avec ses bâtiments annexes. Un entrepreneur néerlandais a utilisé le jardin et l'ancien couvent des pères Rédemptoristes (à droite de l'église) pour en faire un immeuble à appartements.

    9 - Suite à sa localisation, l’église des Rédemptoristes a reçu le surnom familier d’église

    C : des Pères OK

    D : des Perroquets

    E : des Pères au Quai


  5. Eglise protestante unie

    12-14 Rue Barre Saint-Brice 

    Le temple protestant est établi dans les Maisons Romanes qui sont les plus anciens spécimens de maisons bourgeoises datant du moyen-âge conservées en Europe occidentale.

    Datant de 1175-1200, ces maisons, prototypes de l'architecture des « steenen » flamands, furent détruites par les bombardements de 1940 (sauf les façades qui ne furent qu’abimées), et restaurées par l’architecte tournaisien, Henry Lacoste.

    10 - Combien y a-t-il de colonnes servant de meneau divisant la baie des fenêtres du N°12 ? 

    D : 2

    E : 3

    F : 9


  6. Eglise Saint-Brice

    L’église Saint-Brice datant du XIIe siècle est malheureusement située à quelques centaines de mètres de la gare de Tournai et a de ce fait subi de terribles bombardements en 1940-1945. La reconstruction s’est achevée en 1954. Le bâtiment est essentiellement roman, partiellement gothique, recouvert de tuiles plates rouges de type ancien. A l’extérieur, on remarque la tour carrée du XVe siècle, suivie d’une nef et d’un transept couronné d’une seconde tour. L’intérieur procure une belle impression d’espace, de recueillement et de luminosité favorisée par un éclairage de qualité. On remarquera le chœur qui présente la forme d’une triple halle (hallekirche), le plafond en bois et quelques pièces du mobilier comme de grands chandeliers, les statues anciennes de saints ou celles en pierre de facture plus récente dues à l’artiste tournaisienne Nelly Mercier.

    A noter aussi les œuvres du sculpteur George Grard, sculpteur belge né à Tournai en 1901 et formé à l’Académie des Beaux-Arts de Tournai. Il réalisa les fonts baptismaux en bronze, l’autel et la porte de tabernacle entre 1966 et 1971.

    11 - Sur la cuve baptismale, George Grard a sculpté un couple accueilli par la main de Dieu. Il s’agit de

          C : Tobie et Sara

          D : Romeo et Juliette

          E : Adam et Eve


    12 - Ce vaillant cavalier romain est invoqué contre les maux de tête, la folie et les puissances du mal. Très honoré à Renaix, on dit que ce saint guérit les fous des environs mais laisse les renaisiens tels qu'ils sont. Cette sculpture équestre représente

    S : saint Georges

    T : saint Hermès

    U : saint Martin


    13 - Un tableau de Gaspard De Crayer (1564-1669) montre l’archiduchesse Isabelle, veuve de l’archiduc Albert. Bien qu’ayant rejoint l’ordre des Clarisses en 1621, celle-ci demeura à la tête des Pays-Bas en tant que gouvernante des Pays-Bas espagnols jusqu'en 1633.

    Ici, elle fait offrande à Notre-Dame de Hal et lui donne

    M : des fleurs

    N : des pièces d’or

    O : des bijoux


  7. Eglise Saint-Piat

    L’édifice actuel date du XIIe siècle mais ses origines sont très anciennes. Lors de fouilles en 1971, on a retrouvé sous le bâtiment actuel une basilique mérovingienne du début du VIe siècle.

    L’église est dédiée à saint Piat qui fut le premier évangéliste de Tournai. Selon la légende, il aurait été martyrisé à Tournai et aurait porté le haut de son crâne tranché jusqu'à Seclin pour y mourir.

    Son crâne est conservé dans le reliquaire qui chaque année fait partie de la grande procession de Tournai.

    On remarque la nef centrale de style roman et le chœur gothique du XIIIe siècle. Par la suite, plusieurs apports ont eu lieu et notamment les chapelles latérales du XVIIe siècle qui sont décorées de tableaux consacrés au culte de Notre-Dame d’Alsemberg et aussi de saint Hubert : le cycle de 5 tableaux de Hennequin, raconte l’histoire du patron de l’Ardenne.

    Les vitraux contemporains à dominante bleue sont la création du peintre verrier Fernand Crickx(1883-1979) à partir des cartons d’Olivier Piron.

    Dans une niche latérale on remarque 2 vitraux armoriés : celui de gauche présente le profil probable de saint Piat et 3 fleurs de lys.

    14 - Dans l’écu de droite on peut voir 

    U : 3 boucs

    V : 3 aigles

    W : 3 poissons

    15 - Roch, le saint patron des chirurgiens, des pèlerins …, naquit à Montpellier vers 1340. Il étudia probablement la médecine. À sa majorité, il distribua tous ses biens aux pauvres et partit en pèlerinage pour Rome. Il s’arrêta en plusieurs villes d'Italie atteintes par la peste noire et s’employa à servir les malades dans les hôpitaux. Roch finit par attraper lui‐même la maladie et il se retira dans une forêt près de Plaisance pour ne pas contaminer les autres. Seul un chien vint le nourrir en lui apportant chaque jour 

    Q : un fromage

    R : un pain

    S : un os de crâne

    La dalle funéraire de Messire Jean d’ENNETIERES conseiller de son Altesse sérénissime l’archiduc Albert et sa compagne Françoise VANDENBERGHE date de 1630.

    16 - Aux pieds du chevalier, un lion illustre la bravoure masculine. Aux pieds de sa dame, un symbole de fidélité 

    M : un lapin

    N : un chien

    O : un chat


  8. Eglise du séminaire

    28 Rue des Jésuites    

    L’ancienne église du collège des Jésuites a été bâtie en pierre de Tournai au début du XVIIe siècle. L’ensemble est de style gothique tardif. Le portail est de style Renaissance. Elle possède 3 nefs terminées par un chœur à chevet plat. Il n’y a pas de transept.

    La vaste tribune, située au revers de la façade, est en pierre et en marbre, de style Renaissance (1605).

    Le vitrail coloré qui se trouve tout en haut du chevet représentant saint Charles Borromée, patron du séminaire, est l’œuvre du maître-verrier Jean-Baptiste Capronnier(1806).

    17 - Sur une des colonnes de la tribune, vous pouvez reconnaître une statue de saint Jérôme, père de l’Eglise ; il est accompagné d’un

                           A : lion

                           B : mouton

                           C : chien

    Sur le mur nord, on peut découvrir une œuvre attribuée au sculpteur tournaisien du XIXe s. Nicolas Lecreux, intitulée "l'Assomption", autrefois dans l’église Sainte-Marguerite, anciennement abbatiale de Saint-Médard.

    18 - Combien de têtes d’angelots peut-on distinguer ?

    H : 12

    I : 13

    J : 15




Édifices sur le circuit

Notre-Dame

Notre-Dame

7500
12km

Saint-Quentin

Saint-Quentin

7500
12km

Saint-Jacques

Saint-Jacques

7500
12km

Saint-Brice

Saint-Brice

7500
12km

Saint-Piat

Saint-Piat

7500
12km

Lettre d'information