Rechercher un édifice

PLUSIEURS CENTAINES D'EDIFICES DE CULTE PROPOSENT UN ETE 4 ETOILES AUX TOURISTES EUROPEENS

PLUSIEURS CENTAINES D'EDIFICES DE CULTE  PROPOSENT UN ETE 4 ETOILES AUX TOURISTES EUROPEENS

Cet été, je m'évade à 2 pas de chez moi !

jeudi 03 septembre 2020

« Puisque cet été les voyages lointains sont proscrits et que le tourisme local largement plébiscité, c’était le timing parfait pour rappeler aux citoyens que des merveilles sont à découvrir au coin de la rue. Dans nos contrées, on trouve des pépites de tous les styles architecturaux et de toutes les époques à visiter gratuitement. Il suffit d’oser pousser leurs portes ou simplement de se le rappeler » a expliqué le président et fondateur du réseau des « Eglises ouvertes » Marc HUYNEN dans les murs de l’église Saint-Lambert de Barbençon datant du XVIème siècle.

De plus, grâce à la répartition assez homogène sur l’ensemble du territoire de ces bijoux du patrimoine religieux partenaires – on retrouve le label « Eglises ouvertes » en façade - il est toute-à-fait aisé de combiner une visite d’église, de temple, de synagogue avec une activité sportive, gastronomique ou ludique. (voir carte des édifices).

« A Barbençon, le château, la ferme, les produits du terroir, les lacs de l’Eau d’Heure et leur large palette d’activités sont autant d’autres atouts qui peuvent motiver et agrémenter une journée entière dans le Condroz après la visite de l’église » a souligné l’Echevine du Tourisme, des Cultes et du Patrimoine, Béatrice FAGOT.

Pour l’occasion avec la complicité de la Fabrique d’Eglise et du Doyen Xavier HUVENNE, l’église Saint-Lambert était donc habillée d’un jeu de lumières aux motifs et aux couleurs tropicales et s’est vue colonisée par des dizaines transats multicolores.

Une mise en scène clairement issues des codes populaires actuels appréciée et assumée par l’abbé HUVENNE : « Le Diocèse de Tournai dont nous dépendons ainsi que l’Eglise belge sont conscients de la baisse de fréquentation des lieux et de la nécessité de se réinventer. Notre paroisse n’a pas hésité à rejoindre le réseau des églises ouvertes car à mon sens, il faut redonner au bâtiment son rôle initial, celui « de maison du peuple » où se vit aussi, le quotidien » a précisé ce curé à l’initiative d’une « pastomobile » au bord de laquelle il sillonne les 15 villages dont il est responsable.

Plus qu’un rappel de la campagne d’affichage créée pour l’occasion qui se déclinera tout l’été sur les réseaux sociaux avec pour fil rouge une licorne coiffée d’une crête fluo, l’idée était donc bien de rappeler l’ambition qui se cache derrière cette initiative belge qui depuis 2015 a dépassé nos frontières ; faire revenir la vie dans ces lieux centraux de nos villages et de nos quartiers, sous toutes ses formes et ce, dans un but précis ; justifier de la poursuite de l’entretien de ces éléments clés de notre patrimoine.

Pour y parvenir, l’association « Eglises ouvertes » suggère en effet à ses futurs membres de collaborer avec les artistes locaux, avec les mouvements de jeunesse, avec les clubs sportifs et autres associations locales … pour utiliser l’édifice à d’autres fins que la pratique religieuse.

« Certaine église dont l’entretien pèse pourtant sur les finances communales n’ouvrent que 10 heures par an ! » a rappelé l’équipe d’« Eglises Ouvertes ». Faire co-exister des activités profanes et des activités religieuses est quelque chose de bien moins rare et compliqué qu’on ne pourrait le penser. Des espaces blocus pour les étudiants des zones rurales sont par exemple organisés chaque année en Brabant wallon et en province de Luxembourg. A Knokke, l’église Sainte-Marguerite abrite désormais dans ses caves un espace donnerie. Les bourses d’échanges de livres, les coins bibliothèque, les espaces d’accueil pour les hikes, fraîcheur pour les publics vulnérables en période de canicule dans les édifices du réseau se multiplient également. Point vélo, refuge pour la nature sont d’autres options qui s’offrent aux gestionnaires d’édifices.

On l’aura compris le défi que s’efforce de relever l’association « Eglises ouvertes » est bien plus vaste que l’ouverture stricte des portes des édifices de culte.

A Barbençon, si on n’organise pas encore de séances de yoga chaque jeudi dans l’église comme c’est le cas dans un village du Grand-Est français, durant les 8 prochaines semaines, les artistes peintres locaux exposeront à tour de rôle leurs toiles sur les murs latéraux de la nef. De quoi offrir une expérience complète et 4 étoiles aux touristes qui s’y rendront !

Contact presse:

Eve Boidron

0498/415.253

eve.boidron@openchurches.eu

www.openchurches.eu



Dernières nouvelles

100.000 EXEMPLAIRES DE LA CARTE-BROCHURE DISPONIBLES !

Editée en 100.000 exemplaires, disponible gratuitement chez tous nos membres (dans la limite des stocks) notre carte-brochure reprend tous les édifices labellisés « ouverts et accueillants » dans les 3 pays où nous sommes pour l’instant présents. N’hésitez pas à vous la procurer lors de votre prochaine visite d’un édifice religieux remarquable membre de notre réseau "Open Churches".

Opter pour un tourisme de proximité ?

Et si le Covid-19 nous avait amené à (enfin) opter pour un tourisme de proximité ? « Offrir l’opportunité à toutes et tous, habitués ou non, de pousser la porte des superbes édifices qui constituent notre patrimoine religieux collectif ».

Journées des Églises Ouvertes ... à la maison !

Région du Grand-Est France : les Journées des Églises Ouvertes, ces samedi 6 et dimanche 7 juin s'adaptent : la forme évolue mais le fond reste le même : « Offrir l’opportunité à toutes et tous, habitués ou non, de pousser la porte des superbes édifices qui constituent notre patrimoine religieux collectif ». Rendez-vous sur la page Facebook Églises Ouvertes du Grand Est de France et sur le site internet durant tout le week-end pour (re)découvrir ces édifices religieux remarquables !

Concours-photo : Le bestiaire dans les églises

Du 1er mai au 15 août 2020 Églises Ouvertes lance son premier concours-photo sur le thème : Le bestiaire dans les églises ! Les églises regorgent d'animaux en tout genre. Ils sont omniprésents. De nombreux saints sont accompagnés d'un animal comme attribut, on peut citer en exemple saint Roch et "sin quien". À toutes les époques, on retrouve une myriade d'animaux que ce soit dans l'architecture ou le mobilier. Ce concours-photo a pour ambition de (re)découvrir ce bestiaire, avec un regard neuf.

Toutes les actualités

Lettre d'information